-
protège-griffes softclaws

Multi-Services Softpaws K.R 

L'alternative #1 du dégriffage au Québec!!

Blogue

afficher :  plein / résumé

Positionnement de l'entreprise

Publié le 8 janvier 2019 à 19:15

Nous croyons fermement que le dégriffage n'a plus ça place en 2019 au Québec, cependant il peut y avoir des cas ou pour la santé de l'animal  un vétérinaire doit faire l'ampution la troisième phalange doigt du chat. En aucun cas cet acte ne devrait être fait pour le bien-être du client qui veux protéger ses divans ou éviter de ce faire grafigner. Pour contrer ce phénomène plusieurs alternatives existe depuis un grand nombre d'année tel que les griffoir ou les protège-griffes qui sont de belle options a instaurer

En combinant les 2 vous maximiser les chance de permettre a votre chat de trouver un endroit ou faire ses griffes et miniser le risque de grafignure non voulu si jamais celui-ci passe oubli l'endroit proposer par sont propriétaire 



positionnement OMVQ cadectomie

Publié le 5 février 2016 à 14:25

voici l'énoncé que vien de publier l'AMVQ

 

Le conseil d’administration de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec a adopté, le 19 janvier dernier, une position interdisant la pratique de chirurgies esthétiques sur les animaux.

 

En effet, à partir du 1er janvier 2017, il sera interdit aux médecins vétérinaires du Québec de pratiquer les actes chirurgicaux suivants à des fins esthétiques ou pour des pratiques d’élevage et considère ces pratiques dérogatoires :

 

caudectomie et essorillement chez le chien et le chat;

caudectomie chez les bovins;

caudectomie chez les chevaux.

 

La caudectomie consiste à écourter ou à faire l’ablation de la queue de l’animal. L’essorillement, pour sa part, est une intervention où l’on coupe les oreilles d’un animal.

 

Toute personne — autre que des médecins vétérinaires — qui effectue ces chirurgies sur le territoire québécois sera poursuivie pour exercice illégal de la médecine vétérinaire et exposée aux conséquences prévues par la loi.

 

onyxectomie , communément appellé dégriffage

Publié le 8 octobre 2014 à 18:30

Onyxectomie

 

L'onyxectomie (du grec onyx, l'ongle), ou dégriffage, est une opération chirurgicale qui consiste en l'ablation des griffes. Elle se pratique notamment chez les chats de compagnie. Elle est illégale dans de nombreux pays et la plupart des associations de défense des animaux condamnent cette opération, considérée comme cruelle

 

 

Pratique et motivations

 

C'est en Amérique du Nord que le dégriffage est le plus fréquemment pratiqué : 25 % des chats domestiques ont été dégriffé aux États-Unis et aux Canada

 

Une grande majorité des maîtres préfèrent dégriffer leur chats pour éviter des dégradations de leur intérieur : d'après un sondage effectué auprès des propriétaires de chats dégriffés dans les hôpitaux californiens, c'est la motivation principale puisque qu'elle concerne 95 % des personnes interrogées. Un chat a besoin de se faire les griffes régulièrement pour diverses raisons et notamment pour éliminer les gaines mortes et peut complètement ignorer les objets dédiés (les « grattoirs »;) vendus dans le commerce à cet effet. Il peut aussi écorcher ou trouer les meubles, notamment les cuirs peints, en prenant appui dessus avec ses pattes et en jouant ou en poursuivant des insectes il peut abimer les murs couverts de papiers peints ou les rideaux. Cette pratique est également motivée par la volonté de diminuer les risques des blessures, notamment par les maîtres ayant des enfants en bas âge.

 

Technique opératoire

 

Le plus souvent, elle n’est réalisée que sur les pattes antérieures.

 

L'onyxectomie se fait sous anesthésie générale et consiste en l'ablation totale de la griffe et l'amputation de la troisième phalange sur laquelle celle-ci est insérée.

 

Il est possible aussi de procéder au sectionnement des ligaments qui commandent les griffes et empêcher ainsi que le chat puisse s'en servir.

 

Conséquences

 

Un chat dégriffé est plus vulnérable

 

Cette opération présente des inconvénients importants pour l'animal qui ne peut plus se servir pour se défendre, pour attraper des proies ni pour fuir un danger dans certaines circonstances, puisqu'il est incapable de grimper sur un arbre par exemple. Il est donc plus vulnérable et condamné à vivre ensuite exclusivement à l'intérieur. Certains la considèrent comme cruelle et inhumaine.

 

Physiques

 

Il existe des possibilités de conséquences physiques suite à l'opération.

 

Il y a un risque de complications post-opératoires qui peuvent toucher, selon une étude américaine, environ 12 % des chats. Il s'agit notamment d'hémorragies, d'infections, de boiteries et dans les cas extrêmes, de nécroses des moignons ou d'une repousse des griffes.

 

En outre, l'absence du dernier segment des doigts après l'opération oblige le chat à se réadapter et à marcher sur ses moignons. L'appui se fait alors sur l'avant-dernière phalange et modifie l'appui des membres, occasionnant une plus grande tension sur les tendons, les muscles et les ligaments (tendinites), particulièrement chez les sujets en surpoids

 

Des douleurs fantômes ainsi que des névralgies chroniques peuvent également se développer.

 

Comportementales

 

Les conséquences comportementales résultant d'une telle opération peuvent être nombreuses. L'animal étant privé de son principal moyen de défense, il peut devenir anxieux

 

Particulièrement chez le chat, l'anxiété peut se traduire par un stress intense qui se traduit par de la malproprété ou de l'agressivité.

 

Légalité

 

L'ablation des griffes est légale dans certains pays, comme les États-Unis ou le Canada où elle est couramment pratiquée. En Europe, elle est interdite dans un certain nombre de pays, notamment ceux qui ont ratifié la convention européenne pour la protection des animaux de compagnie dont l'article 10 prohibe les opérations chirurgicales dites de convenance.

 

Le dégriffage est illégal dans 29 pays, principalement européens : Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Bulgarie, Chypre, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Israël, Italie, Japon, Lituanie, Luxembourg, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni, Slovénie, Suède, Suisse, République tchèque, Turquie.

 

 

Alternative

 

Non-chirurgical

 

La première alternative est le dressage du chat. En effet, on peut prévenir ce comportement indésirable sans pour autant recourir à une solution aussi extrême. Il est nécessaire d'offrir une solution de remplacement au chat, comme un griffoir, et l'habituer très tôt à son utilisation.

 

Il est également possible de protéger les éléments du mobilier susceptible d'être abimés ou de les asperger de substances répulsives pour le chat (agrumes, huiles essentielles, produits du commerce...).

 

Il est également possible d'équiper son chat de protèges-griffes.

 

Chirurgical

 

À part l’onyxectomie, d’autres types d’opérations existent. Par exemple, la brûlure des nerfs des griffes par un laser, empêchant ainsi la repousse.

 

Par ailleurs, les vétérinaires du Québec ont aussi commencé à recommander un autre type d’opération : la tendinectomie. Elle consiste à couper le tendon de la griffe. Le chat n’est donc plus capable de sortir la griffe.

 

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre

 


Rss_feed